7 janvier 2009 : début des examens

Publié le par ALF

Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de Lucas, mon second fiston : 3 ans, déjà !! Sacrée canaille que ce petit bout !! Exceptionnelement, ce n'est pas moi qui serait là pour le voir au réveil en ce jour des enfants, car j'ai RDV pour l'IRM à 8h à Lens. Il fait un froid de canard, les températures sont bien en deçà de 0°C et le temps est au brouillard... Mais peu importe, le froid, je ne le sens plus sur mes jambes, mes pieds... Tout est un peu plus endormi que les jours précedents, je me sens rassurée d'avoir les examens, pour ne pas que ça traine, car je sens que de jour en jour, le mal sournois qui endort mes jambes, mon périnée, mes pieds, continue de progresser....
Arrivée au centre hospitalier, je me dirige vers le bâtiment des IRM, c'est la deuxième fois de ma vie que je vais en passer un, je connais le principe, mais la première fois que j'y étais allée, c'était pour une "broutille", un kyste qui se trouvait dans ma jambe depuis plus de 15 ans et que ma phlébologue voulait identifier en termes circulatoires... Je connais donc à la fois le principe de l'IRM (la théorie, que j'expliquerai par ailleurs) et la pratique pour en avoir passée une un jour...

Avant de passer l'examen, on me pose une seringue contenant un produit, le gadolinium qui est en fait un produit de contraste, que l'on m'injectera au cours de l'examen pour mieux voir certaines choses (je l'expliquerai pour ceux que ça intéresse dans une autre section où j'explique les termes un peu plus scientifiques). Pour l'IRM cérébrale, on est placé sur une espèce de table d'examen qui va bouger pour pénétrer dans un petit tube dans lequel se fera l'examen... On me met donc sur cette table, on me pose un casque sur les oreilles, car l'IRM est un examen totalement indolore, certes, mais très bruyant : sympa en tout cas, dans ce centre hospitalier, on diffuse la radio (RFM ou Chérie FM, de mémoire) dans le casque, ça fait passer le temps... Ensuite, on m'insère la tête dans une sorte de minerve pour bien la caler et par dessus encore une espèce de cage... Une fois casquée, calée, encagée, l'infirmière qui m'a "arnachée de la sorte" quitte la salle et l'examen commence... Je ne saurai décrire exactement les bruits que l'on entend, mais par intermittence, on parvient à attendre la musique dans le casque... parfois, les bruits, semblables à un martèlement sont tellement forts qu'il est impossible d'entendre quoi que ce soit... Au milieu de l'examen, on me ressort du tube et l'infirmière vient injecter le produit qui attend dans la seringue... et on refait la même chose (de mon point de vue du moins) en me faisant entrer dans le tube....
Dire qu'en ce moment, les examinateurs sont en train d'explorer mon cerveau, c'est fou ça quand même....
L'examen est terminé et on me laisse, au cas où, le cathéter posé pour injecter le produit, puisqu'après, je dois passer un gros bilan sanguin, environ 15 tubes de sang pour un tas d'analyses...

Retour dans la chambre après avoir traversé l'établissement en compagnie d'un brancardier que je n'ai fait que suivre à travers les dédales de cet hôpital : l'infirmière vient me voir pour la prise de sang avec une glacière, qui en fait, je crois, n'en était pas vraiment une, c'était plutôt l'inverse, un genre de caisson qui conserve les tubes à 37°C.
Elle regarde le cathéter posé précedemment et me dit qu'on ne pourra pas l'exploiter et qu'il faut donc piquer l'autre bras : dommage pour moi, j'avais donné le "meilleur bras" pour la perf', du coup, elle va me piquer sur "mon mauvais bras"... Au lieu d'une quinzaine de tubes, je découvre une vingtaine de tubes, mais bon, même pas peur, je n'ai jamais eu peur des prises de sang ... Elle parvient à me piquer tant bien que mal et commence le prélèvement... Vers le 15ème tube, la veine commence à fatiguer et le sang a du mal à couler... Qu'à cela ne tienne !! Elle me triture le bras pour bouger l'aiguille et c'est l'avant-dernier tuve, mais la veine en a marre (moi je commence ;-) et elle ne veut plus donner une goutte... le tube reste vide, l'infirmière me triture un peu plus le bras avec cette satanée aiguille et me fait mal, mais bon, c'est le dernier tube, courage.... je propose de pomper avec le poing et miracle, le tube se remplit.... Elle me retire le cathéter du côté droit et celui qu'elle vient de me poser en s'excusant de m'avoir fait mal, me précisant au passage que j'aurai un hématome (tu m'étonnes Simone !)


J'attends ensuite que mon amie neurologue passe me voir, puisque je suppose (à juste titre) qu'elle aura les résultats de l'IRM... Le moment ne tarde pas et elle entre en me disant  :
"j'ai deux nouvelles, une bonne et une mauvaise"....
- Bon benh commençons par la bonne alors...
 "Tu n'as rien au cerveau", la mauvaise en revanche, c'est que l'IRM est descendue jusqu'aux cervicales et il y a une lésion au niveau des cervicales... Il va falloir te faire hospitaliser pour passer de plus amples examens, ponction lombaire entre autres et l'IRM médullaire"
-
"Tu peux revenir ici ou te faire hospitaliser à Lille, c'est forcément plus proche de chez toi - Je peux les appeler pour qu'ils te prennent dès qu'ils ont une place. En revanche, je te préviens, il se peut qu'ils appellent du jour au lendemain pour une place et on ne sait pas quand ça sera. Ils peuvent appeler le matin pour l'après-midi ou le soir pour le lendemain...
- Bon benh soit.... Je n'ai pas trop le choix, mais bon, ça me laisse un peu de temps (on est mercredi, NDLR) pour m'organiser si ça arrive en courant de semaine prochaine...
"OK alors je les appelle"
Et voilà que je rentre chez moi, plus forcément rassurée...
Le soir, on se fait un petit apéro dinatoire, pas pour féter tout ça, mais pour fêter les 3 ans de noutre petit Lucas, avec un petit gâteau et trois bougies : il est heureux, et c'est là l'essentiel !!

Publié dans SEP

Commenter cet article

feebleue 26/05/2009 14:14

ouch en + le 07 janvier, c'est le jour de mon entrée en réa pour la meningite B, j'espere que se sera pour toi un jour un mauvais lointain souvenir, comme ca l'est pour moi aujourd'hui... sa me fait relativiser cette maladie, dans un an max les sequelles auront disparus, je me dis que j'ai de la chance...

ALF 26/05/2009 14:18


non le 7 janvier restera toujours le jour où mon deuxième loulou est venu au monde et c'est ce qui importe le plus.... et c'est aussi le jour d'anniv de ma marraine ;-)


feebleue 26/05/2009 14:06

sa a due etre bien dur, le jour des 3 ans de ton fils, c'est impressionnant tous les tests, pds...