Arghhhhhhhhhhhhh, les p'tites pilules pour voir tout rose....

Publié le par ALF

Juste avant le WE à Londres, RDV chez le médecin pour changer mon traitement anti-dépresseur (que je trouve désormais "surfait", j'ai "enfin" (presque?) avalé l'annonce de la maladie.... Bref, changement de traitement because il me donne des palpitations.... Le médecin m'en donne un autre, mieux toléré, normalement et donc 2 jours avant le départ pour Londres, j'arrête le premier pour enchaîner sur le second.
Oui, mais il y a un mais. De taille, même. Je n'ai pas bien supporté le sevrage du premier, qui n'aurait logiquement pas du me manquer et qui aurait dû être remplacé par la prise du 2eme. Oui, sauf que dans la vraie vie, ça ne se passe jamais comme on veut. le deuxième jour à Londres, me sens pas top, pas étonnant, je commence à manquer de mon anti-dépresseur et supporte mal la prise du second... Mais je ne réalise pas encore que c'est ça. ce n'est que dimanche, après avoir passé la journée à rester au lit (charmant après deux jours où je n'ai pas vu les enfants ), je suis tellement mal qu'on appelle SOS médecins : le toubib finit par m'expliquer que je suis en plein sevrage de l'anti-dépresseur 1 et que je supporte sans doute mal le n°2 : pas de bol.... il me dit de tout arrêter.... Lundi, réveil difficile, laborieux, comme un lendemain de cuite, le plaisir de la cuite en moins.... je finis par appeler mon médecin qui me conseille de reprendre l'antidépresseur n°1 et là, j'essaye de m'en sevrer, définitivement, je n'en veux plus, j'ai cru crever tellement j'étais mal... Je comprends ce que le mot sevrage revêt maintenant.... argh, j'ai bien cru que j'allais y rester tellement j'étais mal de chez mal : en plus des nausées, bouffées de chaleur, maux de tête, vertiges, et plein d'autres manifestations fort bien sympatiques, j'étais au bord du gouffre, alors que théoriquement tout allait bien.... c'est décidé, les antidépresseurs, c'est tabou, et j'en viendrai à bout..... en douceur, cette fois-ci, car un sevrage sauvage (sans le vouloir), c'est plus que "rude"....

Publié dans SEP

Commenter cet article

marboulette 22/05/2009 22:23

je compatis, j'ai vécu avec ces symptômes pendant des jours entiers après mon sevrage brutal il y a quelques semaines!
c'est une horreur!