Twilight zone à Lille

Publié le par ALF

Quel titre trouver pour illustrer les joyeux méandres (à moins qu'on ne dise joyeuses, j'ai un doute, tout d'un coup?) de l'administration.....
J'aurai pu écrire, "bienvenue dans la 10ème dimension", ou encore "comment obtenir deux passeports en quelques leçons" ou "surprise surprise m'a piégée", ou même "reportage dans les arcanes de l'administration", mais non, aucun titre ne peut résumer ma matinée d'hier...
Je pose la situation : il y a quelques temps, j'ai retiré en mairie de quartier le formulaire indiquant les différentes pièces nécessaires à l'élaboration d'un passeport pour les mineurs de moins de 15 ans.... Et il en faut : en plus des photos des zouaves en format réglementé sur fond clair, mais pas blanc, le fond, sinon ça va pas, des timbres fiscaux (ça coûte 18 euros pour les petits), il faut prouver que ce sont nos enfants (la ressemblance, je vous le dis, ne suffit pas à les convaincre , qu'on habite bien là où on le prétend (au cas où) et qu'on est bien français, marié, bref, faut montrer patte blanche : normal vous me direz - on ne sait jamais, si je les avais enlevé ces deux petits voyous... Bref..... J'avais donc pris soin de collecter toutes les pièces soit disant indispensables à l'élaboration du-dit passeport pour les deux enfants (qui, je le rappelle, ont 3 ans et demi et 5 ans et demi passés)...

J'avais tout.... me manquait juste les timbres fiscaux : sur conseil du photographe, la veille, je vais direct à l'hôtel des impôts pour me procurer le petit bout de papier qui coûte tout de même cher du m² (je ferai le calcul plus tard, rien que pour voir, j'aime bien ce genre d'infos sans importance)....
J'y vais en voiture, avec le secret espoir d'aller ensuite, dans la foulée, faire mes courses hebdomadaires (et le mot espoir n'est pas choisi au hasard).

Arrivée devant le centre des impôts, pas de place pour se garer... je vais voir ailleurs et arrive devant un autre hôtel des impôts et hop, direction le bureau 107, 1er étage pour enfin avoir mes timbres !!! Le bureau est occupé, c'est la lumière rouge qui me l'indique. Après avoir sonné 2 fois pour leur rappelait que quelqu'un attendait à la porte pendant qu'à l'intérieur on dissertait des dernières restrictions du service en matière de photocopies, le voyant passe au vert : Germaine* m'accueille et me demande ce que je veux. Je lui fais part de ma demande : elle demande à sa collègue Marcelle* si "pour les passeports, c'est des timbres à 18 € qu'il faut" : "oui", lui répond Marcelle pleine d'assurance, "pour les passeports enfant ". S'ensuit un long silence et une disparition de la dite Germaine derrière un pan de mur... Je poireaute (on saisit mieux le sens de ce mot quand on l'a vécu pour de vrai en imaginant le poireau tout seul au milieu du jardin) et une discussion à bâtons rompus entre Germaine, Marcelle et un individu que je ne verrais jamais, mais dont j'entends la voix virile et oh combien autoritaire du chef de service : "on a eu des consignes, désormais, quand les gens viennent pour demander des copies, c'est fini, on ne leur fait plus, sinon, on va exploser le budget de feuilles du service, vous vous rendez compte, c'est plus des ramettes qu'on utilise, c'est des cartons entiers, moi après, je me fais tirer les oreilles"...... Toujours pas de retour de Germaine, à se demander si elle n'est pas en train de dessiner mes timbres.... Ah, la revoilà : elle demande à Marcelle "et c'est à partir de quand qu'on fait plus de copies pour les gens qui viennent (en français dans le texte). "Bah tout de suite, Germaine". A mon enceontre : "vous allez payer comment?". Allez, j'ose : "vous prenez la carte?". "Ah non, c'est soit des espèces, soit un chèque". OUF. J'ai le chéquier dans le sac... Germaine repart, revient vers un autre bureau, tape quelques bricoles sur son ordinateur et revient me demander une pièce d'identité (pour le chèque). Et elle revient enfin avec mes timbres !!! YES !! Première étage de ce long périple administratif accompli. Il était 8h45 quand je suis arrivée, il est déjà 9h15.

Direction la mairie de quartier : habitant une grande ville, c'est bien plus pratique d'avoir ça à proximité pour régler les petites tâches administratives dont on doit parfois s'acquitter.... Toujours en voiture, j'ai du mal à entrer dans l'enceinte, un camion de travailleurs communaux barre le passage pour poser des barrières qui serviront à je-ne-sais-quoi. Je finis par réussir à me garer, confiante, et me dirige vers la porte de la mairie.... J'ai du mal à l'ouvrir, forcément, je n'ai pas les yeux en face des trous et c'est écrit tirer, et ça fait 5 minutes que je pousse la porte : c'est la "pierre richardise" du jour.... Tu crois que la nana juste derrière la porte, oui, celle qui fait l'accueil serait venue me tirer de ce mauvais pas? Bah non...
Bref....
Je pénètre dans la mairie, explique que je viens pour les passeports et avant même que j'ai le temps de dire triomphante que j'ai toutes les pièces nécessaires en main, on m'arrête : "ah, bah c'est pas de bol (en gros), on est une des rares marie de quartier de Lille à ne pas être encore équipé du nouveau système, ça ne fonctionne pas chez nous, faudrait aller voir une autre mairie de quartier ou carrément aller à la mairie (celle où se trouve Martine, Aubry, pour ceux qui ne suivent déjà plus).
Ah bah mince alors.... ça c'est pas cool... je ressors et soudain prise d'un doute, j'y retourne, j'ose et je dis "même pour les passeports enfants?" : j'en entends une qui rale, une autre qui pousse un soupir et une qui me répond "oui, désolée, on ne peut délivrer aucun passeport". Bon, ça y est, j'ai compris, je vais aller voir la maison de Martine...


Une pause pour reposer le cerveau (quoi que) et juste parce que Martine, ça me fait penser à ça : c'est
culte.



Revenons à nos moutons. J'en étais donc à l'une des premières étapes... Je sors de la mairie, la queue entre les jambes (bien que j'en sois dépourvue, imaginez donc) et je me dirige donc, contre mon gré, vers la mairie, la grande, celle où je ne voulais pas aller au départ parce que je me doutais bien qu'il allait y avoir du monde.....
Tant pis : j'y vais, en voiture, toujours persuadée que je pourrais ensuite aller remplir mon coffre de victuailles pour nourrir la famille...
Un peu sur les nerfs (mais rien qu'un peu), je décide de me garer "proprement" sur un vrai emplacement de parking.... Je vais même jusqu'à mettre des sous dans le parc-mètre : bah oui, ça serait con de se payer un PV en plus, ça ne serait vraiment pas le jour....
Courage, on y est presque.....

J'arrive à l'accueil, demande où se trouve le bureau pour faire établir des passeports et la nana à l'accueil m'explique qu'il faut que les enfants soient présents pour les passeports biométriques : sauf qu'après, quand je lui ai dit qu'ils avaient moins de 6 ans tous les deux, elle m'a rassuré et dit que c'était pas nécessaire.... "Enfin, de toutes manières, allez voir mon collègue, le premier bureau là bas"... J'y vais, je commence à expliquer et le monsieur, appelons en toute sincérité "deux de tension" me dit qu'il me faut plein de pièces pour établir un passeport..... et qu'il faut les enfants sauf s'ils ont moins de 6 ans.... YES, je remplis toutes les conditions nécessaires et suffisantes pour...... Allez, asseyons nous et qu'on en finisse. "Vous avez les extraits d'acte de naissance?" me lâche-t-il sur un air hagard mais néanmoins empreint d'inquiétude et d'une pointe d'agressivité... "Non mais on (sous entendu à la mairie de quartier) m'a dit que comme les enfants sont nés à Lille, c'était fait directement". "Eh non madame (toujours le ton "deux de tension), il faut aller les chercher là bas, au bureau état civil". OK.... "ah, et vous avez pris votre livret de famille, j'espère "............

Erreur fatale.......... Je le savais, je le savais bien qu'il allait me manquer quelque chose : mais théoriquement, je n'en avais pas besoin, ils me l'avaient dit à la mairie de quartier..... "oui, mais vous savez, dans les mairies de quartier, parfois, ils sont mal renseignés"......... Soit, je les maudis d'avance et ressors de la mairie, la queue coincée définitivement entre les pattes et je rentre à la maison, passablement énervée, mais pas encore totalement vaincue. Je récupère le livret de famille et rebelotte, direction la mairie... cette fois-ci, je me gare où je peux, sans géner et sans être non plus en infraction, mais bon, suis pas non plus super top bien garée, mais je commence sérieusement à être fatiguée, il doit être 10h15 et toujours rien fait..... enfin si, soyons positive, j'ai les timbres fiscaux.
Je file au guichet de l'état civil où curieusement, il y a bien plus de monde qu'au guichet "concession-cimetière" ou "divorce" (tant mieux, en même temps).... j'attends sagement mon tour, en priant pour que cette fois-ci, on ne me renvoie pas au bureau XY étage 14012 porte 12014 parce que là, ça commence à chauffer. Arrivé mon tour, je demande les actes, en tendant fièrement mon livret de famille, c'est trop facile et je les obtiens en 1 minutes, à peine, du bonheur. Oui, mais. Il y a un mais. La madame me rend mon livret de famille en me disant que je n'en avais pas besoin du livret de famille, vu qu'ils sont nés à Lille et que j'avais juste besoin d'une pièce d'identité.............. Arghhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh, ça bouillonne, vite, vite, mes sels, .................  allez, ZEN. Nous allons retourner voir si monsieur "deux de tension" est toujours aussi occupé que tout à l'heure à se curer les ongles (c'est pas le nez, c'est déjà ça)...... J'arrive, je dis "re-bonjour" et c'est un grand moment de solitude.... Son cerveau ne semble pas avoir imprimé mon passage : pas que je sois une bombasse inoubliable, mais quand même, il a du voir passer 2 personnes grand maximum ce matin alors.... Bref, il me tend enfin les formulaires à remplir pour la demande, et je m'acquitte de la corvée de remplissage......

Et là ça devient presque anthologique, mais je suis sûre que le vécu est bien plus enthousiasmant que le simple fait de le raconter.....

Je me suis demandé à un moment si je n'étais pas filmée et piégée par surprise sur prise (avec Marcel Béliveau).... Deux de tension commence à scanner les pages, me demandent si c'est une première demande (oui, oui, monsieur, c'est leur premier passeport) et hop, il clique sur sa souris pour lancer le scann de chaque document.... Ensuite, il me regarde d'un air suspicieux et me dit "je pourrais avoir les anciens passeports"... Gni? "Je viens de vous dire que c'est une première demande"... Même regard de taupe lobotomisée, même point d'interrogation au fond de son regard complètement éteint.... Il finit par comprendre, sans piper un mot... Vient ensuite l'étape de la photo : je lui tend les 4 identités, il ouvre un tiroir secret d'où il dégaine une paire de ciseaux bleus et commence laborieusement à découper la photo. Il cherche ensuite son tube de colle et s'applique, tel un écolier, à enduire la photo de colle avant de la coller sur la demande de passeport. Il me tend la feuille et me demande s'il l'a bien collée. Bah, oui, ça semble être OK. Il scanne et ohhhhhhhhh merde, je vois à son regard que quelque chose ne va pas.... Il se lève avec l'énergie d'un basset hound (vous savez le chien de Columbo) qui s'est pris les pattes dans un piège à mouche géant (les trucs qui collent) et va voir sa collègue qui a déjà édité deux passeports depuis mon arrivée. "C'est écrit "erreur cadrage" Simone*. "Ouais, je sais, j'ai déjà eu ça, tu cliques sur OK et ça passe quand même" lui répond-elle confiante. Il revient au pas de course (comprenez tout le sens que ça peut vouloir dire) et s'exécute. J'ose un "ça fait longtemps que ce nouveau système est en place".... "10 jours" "ah oui, je comprends".... J'ai pas osé le descendre, de toutes manières, ça n'aurait servi à rien..... Il me fait ensuite voir son écran avec l'erreur de cadrage communiquée par le logiciel ultra-performant de la préfecture. Je ne vois pas trop ce qui gêne, mais bon, passons. Il me demande alors si je veux qu'il recadre la photo et lui dit que peu importe si administrativement parlant ça passe : il n'a pas du entendre ma réponse (l'attendait-il, d'ailleurs) et dans son monde (entre la 3ème et la 4ème dimension) il redécolle la photo, arrache au passage un bout du dossier, la redécoupe et la recolle pour au final ne pas la re-scanner..... Bilan de l'opération? je cherche toujours?
Bon, on en vient à bout, il finit le scann des documents, me demande même mon livret de famille pour en faire des photocopies "à la préfecture, plus ils sont de papiers, plus ils sont contents".... s'il le dit.... D'autant que je suis allée le chercher exprès, alors faisons-en profiter le plus grand monde.

On passe au deuxième dossier, il s'embrouille dans les papiers à scanner, ne fait plus l'erreur de la photo mais passe un quart d'heure à bien la découper et la coller et il est 11h45, quand, triomphante, je sors enfin de la mairie, avec ces fichus dossiers de passeport enfin faits !!!!!!!!!!!! Délai maxi, un mois, on verra, j'en ai besoin de toutes manières, dans un mois. Ah au fait, monsieur "deux de tension" m'a donné un ticket, dont il ne sait pas à quoi ça sert (mais la machine donne un ticket à donner aux gens qui déposent un dossier, alors je vous le donne) : je crois que ça sert à suivre en ligne la demande de passeport (savoir où ça en est) : d'ailleurs si quelqu'un sait, je vais éviter de retourner demander.....

A la fin, je me suis tout de même risquée à demander pour le passeport de Greg, dont l'adresse n'a pas été modifiée depuis quand on a achetée la maison (fin 2002 quand même) comment ça se passe pour le changement d'adresse sur les anciens modèles de passeport. Réponse : faut tout refaire.
Par vengeance, j'indiquerai à Greg le bureau de monsieur "deux de tension" pour aller refaire son passeport.... Non, après mûre réflexion, c'est vraiment vache de faire ça !!!!!



 

Ah, c'était long, mais c'était bon, non?



* les prénoms ont été modifié

Commenter cet article

Véro 12/09/2010 10:49


IL y en a des comme ça, certains sont même méchants, mais il y a aussi des gens consciencieux, qui font du mieux qu'ils peuvent avec les infos et consignes dont ils disposent. Sachez que les
photocopieuses du service publique sont équipés de code et de mouchards et que les consignes sont "economie" sinon... Certains vivent mal de ne pas être efficaces. Mais je concède que certains le
vivent très bien aussi. LOL


Olivier 30/05/2009 22:15

Hilarant, cette histoire. Enfin, pour celui qui la lit. ;-)

Batouille 27/05/2009 15:44

éh ben voilà... je suis allée à la mairie lundi pour déposer une demande préalable pour extension de terrasse... Entre Laurent et moi, c'était le 4e "voyage" dans ce service... ben le dossier était tjrs pas complet ! j'ai traversé ma ville pour aller faire les photocopies et enfin en finir avec ce truc là !!! et le pire, c qu'il a fallu que ça soit moi qui fasse le boulot de l'employé de mairie... qui avait une photocopieuse et qui aurait aussi pu me faire 3 photocopies, mais bon... j'ai pensé à toi lundi tiens... même si mon périple fut moins long que le tien...

marboulette 22/05/2009 22:21

je te conseille les 12 travaux d'astérix, lorsque astérix et obélix vont à la maison qui rend fou (comprendre une administration) et ça ressemble un peu à ton périple!