Tu es parti...

Publié le par ALF

Le calme et la quiétude règnent désormais sur toi. Tu as "choisi" de ne pas mourir le jour de l'anniversaire de Michaël, hier, ni le jour de l'anniversaire de Marie, ta puce, demain. Ton corps ne pouvait malheureusement plus attendre et tu nous a quittés aujourd'hui, le 24 juin, sans doute apaisé après ces souffrances que tu as vécues depuis un mois... J'espère juste que tu n'as pas souffert, nous ne saurons jamais ce que tu as pu ressentir, tu ne liras peut-être jamais ce message (qui peut le savoir?) mais jusqu'au dernier moment, tu as su qu'on t'aimait, qu'on était à tes côtés, qu'on serait toujours là : nous avons pu te dire tout ça dernièrement alors que les médecins t'avaient un peu réveillé, ça nous avait réchauffé le coeur, mais c'était le calme avant le néant.
Je n'arrive pas encore à réaliser, te voir ainsi, ce n'est pas toi, Catherine non plus ne réalise pas, Papa, Maman, je ne sais pas, c'est aussi terrible pour eux de perdre un enfant, le "chouchou", disais-je toujours en plaisantant (et je sais que mon statut de petite dernière te faisait penser que c'était moi la chouchou...) Bref, quelque soit ce qui se passe après, je garde au fond de moi ton image de grand frère, toujours prompt à plaisanter, raconter des blagues, dans les moments sérieux même parfois, mais aussi l'image d'une personne qui avait toujours du temps pour rendre service, écouter, même si tu le disais la maladie était pour toi quelque chose d'insupportable (comme tu me l'as dit en début d'année)... Le sort en a décidé autrement, nous ne pourrons plus te voir, je l'ai expliqué aux enfants, je peux te dire que dans son coeur d'enfant Simon a réalisé qu'on t'avait perdu, il était triste et m'a dit qu'il penserait à toi cette nuit. Nous penserons tous à toi, tu sais que tout le monde t'aimait. J'ose espérer que quelque soit ce qui se passe "après", tu as trouvé la quiétude et que tu as pu être accueilli par Babcia, Dziadzia et nos autres grands parents qui seront sans doute surpris de te voir arriver "si tôt"...
Ton visage est désormais serein, apaisé, mais malgré ça, en y pensant très fort au fond de moi, je peine (et le mot est choisi à double titre) à réaliser encore tout à fait... Jean-Marc, aurevoir...

Commenter cet article

tweaty - mappeal 26/06/2009 07:09

Toutes mes condoléances Anne-Lise, à votre famille,à vos amis.
Je ne trouve pas les mots. Je vous adresse toutes mes pensées.
Tweaty

Sophie 25/06/2009 12:26

Taty, c'est atroce..... On est rien sans lui.... Il est là juste en dessous de ma chambre, je ne réalise pas.. C'est impossible, dis moi que ce n'est pas vrai... ;(

céline 25/06/2009 11:43

Je tiens à vous présenter toutes mes sincères condoléances. Je ressens une grande peine pour vous et votre famille. Je me permets de vous écrire car je suis une très bonne amie de Sophie votre nièce. Je souhaite être là pour elle mais pour l'instant elle n'est pas joignable, ce que je comprends bien. Si cela est possible, moi et une autre amis de Sophie (sophie elle aussi et vous l'avez déjà vue) aimerions être présentes pour notre amie le jour des obsèques. Pouvez-vous nous informer du déroulement quand la date sera fixée?

Bien à vous, plein de courage dans cette terrible épreuve.

vero(te) 25/06/2009 11:03

toutes mes pensées vous accompagnent toi et ta famille pour ces moments difficiles.

adèle 25/06/2009 10:57

ça me laisse sans voix. je suis heureuse que tu aies pu l'entourer, dire au revoir mais c'est une maigre consolation. je suis vraiment de tout coeur avec toi.