Emergence & prise de conscience

Publié le par ALF

Comprendre ce qui ne va pas pour aller de l'avant.

Pleurer un bon coup.

Se confier.

Se reprendre en main.

Accepter une petite défaite pour gagner plus tard.

Et espérer que tout ira très vite mieux partout et pour tous.

 

 957765_79038458.jpg

 

 

Ces derniers jours, j'étais mal. Depuis une bonne semaine. Alors bien sûr, face à ce qui se passe sur l'archipel nippon, on relativise et on s'auto-critique et on a envie de se secouer puissance 10 000. On s'en veut d'être mal, sans raison apparente.

Mais rien à faire, c'est chimique, j'en suis persuadée. Il y a une dizaine de mois, je cherchais une "béquille chimique", je l'ai obtenue auprès de mon médecin et elle m'a aidée à remonter la pente.

Cette béquille, je m'en suis progressivement séparée, mais un dernier lien nous unit et c'est celui-ci qui semble le plus difficile à briser. Mais j'y arriverai : visiblement pas maintenant, ce n'est pas le moment.

Trop de choses m'affectent, proches ou lointaines.

J'absorbe tout, trop.

Mais j'y arriverai. Reste que dans ces moments-là, j'ai toujours peur d'une rechute. D'une nouvelle poussée qui profite d'une faiblesse passagère. D'une extrême fatigue. Peur que ces signes soient précurseurs. Mais personne ne le sait. Alors il faut ruser et penser que ça n'est rien. Ne pas se laisser abattre.

La dépression est définitivement quelque chose d'incompréhensible pour qui n'est jamais passé par là et de définitivement troublant pour qui passe par là et cherche à comprendre pourquoi. Y-a-t-il une réponse? Mon cerveau me joue des tours, j'espère que ça n'est pas mon système immunitaire qui le grignote. J'espère !

 

Allez, ça ira mieux. On ne va pas se laisser faire. On n'a pas le droit !

Demain, cela ira mieux. Et les jours suivants aussi. Promis !

Et je vais écrire. Continuer, ici et ailleurs !

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Véro B 31/03/2011 18:56


On a le droit de ne pas être fort tout le temps.
Moi même suis "en béquille" chimique, c'est pour cela que je n'ai pas pris le temps d'écrire, de donner de nouvelles, ni de lire ton blog...
Plus de FB pour moi au fait.
Je t'embrasse. à bientôt.


ALF 31/03/2011 21:34



merci d'être venue sur mon blog, je me demandais ce que tu devenais... les béquilles chimiques, parfois, on en a besoin :-( hélas ! mais après, ça va "normalement" mieux !


bisous et bon courage et n'hésite pas à m'envoyer un mail si tu en as besoin !



Mélanie 15/03/2011 19:42


Tu as le droit de ne pas aller bien. Tu as le droit d'aller mieux. Vas de l'avant, c'est très très dur, mais tu le mérites. Peut-être que tu as laché ta béquille un peu trop vite ? Continues à
chercher pourquoi ça ne va pas, et à réfléchir à ce que tu veux vraiment dans ta vie, et à ce que tu ne veux plus. Ton mauvais passage est une occasion de refaire le point avec toi-même. Je
t'embrasse


Laurence 15/03/2011 09:26


Tu as bien raison, ce n'est pas évident pour des personnes extérieures de comprendre.
De plus, je ne sais pas toi mais de mon côté, près de 5 mois sont passés depuis l'accouchement mais j'ai l'impression d'avoir encore des retours de baby blues. Le fait de rester à la maison, de
tourner en rond et de ne pas avoir de réseau social dans le coin contribue sans doute à déprimer. J'ai pris la décision de confier Yuna un après-midi dans la semaine histoire de m'occuper de moi et
de prendre de la distance.

Faites-vous un week-end détente avec ton petit mari loin des soucis et fais-toi plaisir !
Prends soin de toi.

Gros bisous.