Le marronnier* lillois du premier WE de septembre : la Braderie !

Publié le par ALF

La Braderie, avec un grand B. Quand même. Parce que c'est l'événement, comme on parle de la foire de Paris ou du Mondial de l'Auto, rien que ça. Ne serait-ce pas un brin "chauvin"? Si, mais j'assume. Toc.

 

Cette année encore, j'irai. Comme tous les ans, rien, ni même la pluie (qui épargne généralement l'événement) ne m'arrêtera. Mais je sélectionne les endroits où je vais. Je cherche de la vraie braderie. De la fripe, du vieux, de l'usé, du "à recycler", du presque "vintage". Bon en vrai, pas toujours facile de dénicher THE pièce qu'on pourra fièrement exhiber en disant qu'on l'a chèrement négociée à la Braderie. Une fois, j'ai eu un gros coup de coeur, mais il m'aurait coûté 150 euros, et à l'époque, je n'avais pas la place de le mettre chez moi. C'était un Tintin grandeur nature dans un pot (cf. Le Lotus bleu pour les amateurs).

 

tintin.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bref. Sinon, j'achète souvent des verres (apéro, bière, soda...) ou des bouquins (à 1 € pièce, pourquoi se priver? et en plus, ça permet au Rotary de financer des trucs dans les pays pauvres).

 

La braderie, c'est aussi l'occasion de découvrir de nouveaux trucs : j'ai remarqué que chaque année, il y a les mêmes trucs, mais aussi toujours au moins une nouveauté.

 

Au rang des traditionnels : le plat du WE, la moule-frites, talonné par les très nombreux kébabs plus ou moins appétissants. Les concerts de flûte des Andes donnés par des (faux?) indiens d'Amérique (péruviens?) : les mâles font le spectacle pendant que les nanas tentent de vendre des gilets en poils de gnou teintés sur la bête. Les masques africains. Et les très nombreux vrais brocanteurs : qui sont de toutes manières professionnels et hélas ! hors de prix.

Ne pas oublier non plus les carnavaleux (ceux qui font le carnaval de Dunkerque) qui mettent une ambiance chaleureuse, bon-enfant et parfois "grasse" à l'événement.

 

Les nouveautés : il y a deux ans, j'ai remarqué plusieurs stands de bijoux en noix de coco (avec la fibre de coco). L'an dernier, c'était les coquillages. Cette année, je parie sur le vuvuzela. Après tout, après avoir fait le buzz cet été, ça va arriver en France, non ? Je vous ferai un rapide bilan lundi. J'aurai sans doute perdu mon pari, mais tant pis.

 

Sinon, par pitié, si vous vous décidez à vous rendre sur la Braderie, évitez d'y emmener vos enfants. Sauf si vous voulez qu'ils pleurent, qu'ils étouffent et que ça devienne un calvaire. Surtout si ceux-ci sont touts petits, en poussette (à éviter absolument !!). Laissez aussi vos clébards au placard. Bon si vraiment vous voulez emmener vos mômes (hein Olivier?) bah le dimanche matin, dans certaines rues, ça peut être pratiquable.

 

Perso, je préfère les rues du Molinel et de Paris ainsi que le boulevard JB Lebas. Le Vieux-Lille, pour y aller, il faut tenter de traverser la Grand-Place. C'est mort. On oublie. J'ai tenté une fois la rue Esquermoise, je suis restée coincée une demi-heure sans avancer d'un iota. Donc...

 

 

Petite anecdote. Généralement, les gens sont sympas, très sympas, l'ambiance est au top, gaie, etc... mais parfois, on tombe sur de vieux con grincheux. Un exemple. L'an dernier, sur un stand Boulevard JB Lebas, je déniche des petites fioles type "vieux flacon d'apothicaire" avec dessus des étiquettes vieilles d'au moins 50 ans, un peu passées. Tout à fait le genre d'objet inutile mais sympatoche en déco un peu rétro.

 

 

apothicaire.jpg 

Je prend l'une d'entre elles, la retourne prudemment pour voir le prix (15 euros pièce, une ruine) et la repose où je l'ai prise. Grosse colère (mais vraiment grosse) du monsieur qui tient le stand. Comme quoi je ne l'ai pas remis exactement où je l'avais prise, que je ne respectait rien, que y'en avait marre, etc. J'ai pas compris. Une telle colère alors que j'avais VRAIMENT rien fait. J'ai laissé tomber, j'ai avancé, toute retournée de m'être fait disputée comme une vulgaire gamine qui a cassé un vase. Et a-posteriori, je me suis dit qu'il avait sans doute eu du mal à faire caca, ce monsieur. D'où sa hire. Ou en vrai, il en avait marre de la braderie, c'était le dimanche après-midi et qu'il n'avait qu'une envie, c'était de plier bagage. N'empêche, quel vieux chnoque.

 

Carl-Fredricksen.jpg

Non mais oh. Deux baffes.

 

 

 

 

 

 

 

*Le marronnier? Oui, j'explique : en termes journalistiques, le marronnier représente le sujet qui revient tous les ans à la même époque. La toussaint et ses pots de chrysanthèmes (s'il y a une faute dans le mot, j'ai eu la flemme d'ouvrir mon dico), Noël et le père fouettard, la Saint-Valentin et les dessous chics et chocs, les embouteillages au péage de Saint-André-les-Bernouilles le 31 juillet à 8h34, etc...

Publié dans Actu

Commenter cet article

anneso 04/09/2010 17:29


la braderie, ça me tenterait bien .... mais j'ai trop peur de finir étouffée au milieu de la foule !!


ALF 05/09/2010 10:52



il faut juste choisir les endroits où la foule n'est pas étouffante !! ça vaut le coup !



karine 03/09/2010 18:30


bonne chance pour dénicher la perle rare, et t'as jamais braqué, nous on y va chaque année, et certaines personnes veulent même acheter nos "valises vertes " de transport et le sac à dos vert de
MKl qui ne sont pas en vente!!!!