Quand j's'rai grande, je s'rai....

Publié le par ALF

Je suis un peu inspirée par les questions de mes chers chérubins chéris.

 

L'un veut être policier (chic, je pourrais faire sauter mes PV?) et l'autre ne sait pas encore, sans doute parce qu'il s'en fiche comme de sa première couche-culotte et continue de profiter de sa tendre enfance.

 

Moi quand j'étais petite, je me souviens de toutes ces professions que j'ai voulu faire.

 

J'ai rêvé d'être infirmière, même que j'exerçais mes talents sur mon papa qui supportait mes fausses piqûres, mes essais de bandage et autres activités de soins. Même qu'à l'époque, je disais "infermière".

 

infirmiere03_cpa_03221_stelme.jpg

 crédit : leonc.fr

 

J'ai également voulu être "maîtresse". Instit' quoi (pour les esprits mal tournés qui auraient mal interprété). J'avais donc un tableau noir, avec plein de craies et quand je n'avais plus de place, j'écrivais sur les portes. Aujourd'hui, si mes gamins faisaient ça, ça me rendrait dingue  (qu'ils écrivent sur les portes !!). Sinon, ils jouent à l'école : Simon est l'instit et il apprend des trucs à Lucas, qui finit par se lasser de l'autorité de son frère (qui imite sa maîtresse de l'an dernier : je n'avais jamais soupçonné qu'elle puisse être aussi autoritaire, Mme B. - pourtant c'est Simon qui m'a dit qu'elle criait.)

 

22510100452090L.gif

 

J'ai aussi été coiffeuse, et là, j'exerçais certains de mes talents sur certaines poupées qui se sont vite retrouvées chauves ou sur ma marraine qui avait pléthore d'accessoires de coiffure.

 

hairdresser08.jpg Extrait de "Le mari de la coiffeuse".

 

Plus tard, j'étais passionnée d'aéronautique. J'ai voulu être astronaute. Mais j'ai vite déchanté quand j'ai appris qu'il fallait une condition physique irréprochable. Un truc de mec, en somme. Pas de midinette. Tant pis, je serai astrologue astronome. Ou géologue, tiens. J'avais même écrit à une association de géologue qui m'avait gentiment répondu, avec plein de documents, mais en tout bon macho qui se respecte, le mec qui m'avait répondu m'avait dit que j'avais peu de chance de réussir car c'était une profession fortement masculine. Bah tiens, espèce de macho ! Pourquoi t'as pris la peine de me répondre !!

 

 cartegeol4.jpg

 J'l'ai étudiée, la géologie.

J'ai même rédigé un petit mémoire sur les séismes dans la région. 

Passionnant n'est-il pas?

 

 

J'ai aussi voulu être paléontologue : oui, le remake de Jurassik Park, ça aurait pû être moi. L'inventeur de Lucy, l'australopithèque, ça aurait pû être moi. Sauf que .... bah c'est comme géologue quoi !!!

 

Mais pourquoi je voulais à tout prix faire des métiers de mecs?

 

Et puis vint le jour où j'ai eu une envie que mes profs qualifiaient d'original à l'époque : à 12 ans, je voulais être journaliste, mais journaliste scientifique. Mes profs saluaient cette envie, ça n'était pas courant pour mon âge. J'ai longtemps gardé ce rêve en moi, très longtemps. Et puis mes études ont décidé pour moi et j'ai failli changer de voie pour faire de la recherche. Heureusement, finalement, que je n'ai pas décroché de bourse pour une thèse, car je suis revenue à mes premières amours. Le journalisme. Même si ce n'est sans doute pas exactement exactement ce que je rêvais de faire, mais ça s'en approche rudement.

 

 

Picture0703.jpg Très douée en retouches photos,

comme vous pouvez le constater...

 

 

Dans mes rêves d'enfant, je voulais aussi rencontrer le prince charmant.... A votre avis???

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Vécu et quotidien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Laurence 14/10/2010 05:34


Si ce n'est pas lui, il lui ressemble par ses multiples qualités et imperfections. :-)
Il correspond à mon idéal masculin avec ce qu'il faut comme part de féminité et de sensibilité pour me comprendre. Ce qui n'est déjà pas mal pour bien communiquer entre les deux sexes.
Et il est très câlin et attentionné, un plus dans le couple et la vie de tous les jours.
Et l'option qu'Aymeric a, contrairement au prince charmant, c'est son investissement dans la vie de la maison (ménage, repassage, bricoleur, un peu moins niveau vaisselle). Le prince charmant peut
aller se rhabiller à côté de lui. Il ne lui arrive même pas à la cheville.
Conclusion : je préfère mon homme au prince charmant bien que je prendrai bien son cheval blanc.


ALF 14/10/2010 09:07



ohlalala dis moi, il ne faut pas qu'il lise ça ton chéri !!


remarque le mien non plus : moi aussi il a tout du prince charmant ou presque (le cheval blanc en moins aussi !!)



Laurence 13/10/2010 16:48


Je te laisse seul juge de la chose concernant ton prince charmant.
Ces rêves d'enfance ont eu le mérite de t'amener vers un métier riche et hétéroclite en multiples curiosités.


ALF 13/10/2010 20:49



et toi, tu l'as trouvé le prince charmant?



Jacqueline Tylski 11/10/2010 20:24


A mon avis (et pas seulement du mien) tu l'as rencontré, le Prince Charmant!


ALF 11/10/2010 20:26



qui a osé dire ça????