Témoignage d'écrivain... Cavanna et sa lune de miel

Publié le par ALF

Ecrire. Pour être lu? Peut-être? Comme éxutoire? Sûrement, du moins, j'y crois. Nombreux sont les artistes qui expriment leur état d'esprit à travers leur art. Les gens de plume n'y échappent pas. La maladie? Une occasion pas comme une autre de s'épancher à travers l'écriture.

 

Sans-titre-copie-4.jpgCopyright : couverture du livre de poche "Les Ritals" 

 

Pourquoi je vous parle de ça? Parce que François Cavanna, dessinateur à Charlie Hebdo et écrivain, vient d'annoncer qu'il était atteint de la maladie de Parkinson (Libé du 8/02). Je n'ai pas encore lu sa "Lune de Miel", récemment parue chez Gallimard, son dernier opus, mais je pense qu'il doit y livrer un témoignage intéressant... parce qu'il ne s'est pas départi de son humour (noir) et même si la maladie l'a affaibli (il a 88 ans), il continue de garder une plume parfois acérée. Et j'aime ce style. J'admire son combat et surtout la manière dont il en parle.

 

 

lunedemiel.jpg 

Voici quelques extraits de l'article de Libé  (ici) :

 

En parlant de sa maladie, Parkinson : «La chère petite se porte à merveille. Depuis qu’elle a élu domicile dans mes membres, on ne se quitte plus. Elle pourrait se montrer très vache, se mettre, par exemple, à faire trembler à folle allure ma main qui tient la cuillère pleine de soupe quand je dîne chez la marquise. La marquise n’aimerait pas…» Ou encore : «On ne nous dit pas tout. On ne nous dit pas que miss Parkinson est plutôt une grande feignasse qu’une cruelle tigresse. Elle s’étire tout de son long, en écartant les orteils, et vous la sentez qui gémit de plaisir. Vous la sentez parce que ça vous fait très mal. Non qu’elle soit méchante, je vous l’ai dit : un agneau. Elle ne sait pas qu’elle fait mal. Elle se déplace à l’intérieur de moi comme une dormeuse qui se retourne. Et bien, ça me déséquilibre. Je me casse la gueule à droite, à gauche, en avant, en arrière…»

 

[...]

 

«On me complimente sur ma bonne mine… Ça s’appelle la lune de miel. Classique, paraît-il chez les Parkinson. La gueuse s’amuse. Chat et souris. La souris, c’est moi. Elle vous donne des espérances. Relâche l’étreinte. Un matin, plus de douleurs. Je n’ose y croire…»

 

[...]

 

«Je n’en sortirai plus. A la vie, à la mort, je suis à miss Parkinson. Je suis un type avec, sur la poitrine, un écriteau : malade. Je ne serai désormais à ma place, parmi mes semblables, que dans les hôpitaux et les salles d’attente des médecins.»

[...]

 

«Il faut s’occuper, sans quoi on pense. Il ne faut pas penser. Je m’occupe, je me suis juré de reconquérir une écriture lisible. Je crois vous l’avoir dit, miss Parkinson ne se contente pas de saloper l’écrit, elle le rend minuscule, à la limite du visible… Ce fut une dure, une longue bataille… Si vous pouviez voir le gribouillis que barbouille mon stylo, en ce moment même ! Mais je lutterai, j’ai besoin de parler ou je meurs. Ma parole, c’est l’écriture. A la main. Tant que je pourrai écrire une ligne, je serai présent parmi les vivants. Elle ne m’aura pas.»

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Lecture

Commenter cet article

lapirot 14/02/2011 15:32


OK pour l'échange de livres...j'en ai d'ailleurs pas mal sur le thème du travail de mémoire au sujet de la seconde guerre mondiale...un sujet que j'affectionne particulièrement: je lis en ce moment
La Voleuse de Livres et c'est très bien!


lapirot 14/02/2011 15:08


Ah Cavanna !j'adore...Les Ritals et les autres...je les ai dévoré! je vais tenter de lire celui-là (mais j'attendrais la version poche...)


ALF 14/02/2011 15:12



il faudra qu'on s'organise un échange de livres et DVD, à ce que je vois ;-) j'ai toute une pile de livres à dévorer, mais petit à petit, j'y parviens (entre le boulot et la vie de famille, mes
livres ;-) mais ils me sont indispensables ! j'espère que tu vas bien !!



Jacqueline Tylski 09/02/2011 19:08


Très émouvant! et très courageux, de la part de ce pauvre homme......